Chapitre 10

Réveillez-vous, bergers !

de
Également fourni en English
Share:

Beaucoup d’opposition au ministère créationniste vient du sein de l’Eglise, en particulier de la part de ceux qui ont fait des compromis avec l’évolutionnisme et qui croient en une théologie libérale. Comprenez bien que je ne veux pas attaquer ceux qui, par ignorance, ont fait un compromis entre l’évolution et la Bible. Beaucoup de gens ne comprennent pas la portée de ces questions. Ils croient réellement que les scientifiques ont déjà prouvé l’existence de l’évolution et toutes les questions qu’elle implique. Pour beaucoup, la seule voie possible était de croire à l’évolution théiste, à la création progressive ou encore à la théorie du Jugement divin (qui place des millions d’années entre les deux premiers versets de la Genèse). Ils étaient convaincus que les scientifiques avaient déjà prouvé la véracité de la plupart, sinon de tous les aspects de l’évolution. Jusqu’à une époque récente, les chrétiens n’avaient pas fait suffisamment de recherches scientifiques pour être capables d’expliquer toutes les lacunes de la théorie de l’évolution. Pour beaucoup, adopter les positions citées plus haut leur permettait de répondre à toute la gamme de ces soi-disant “faits scientifiques”.

Lors d’un séminaire, une dame m’a dit que l’évolutionnisme avait détruit sa foi dans les Ecritures. Elle ressentait un tel vide dans sa vie, qu’elle avait crié au Seigneur en priant pour une solution à ce problème car il lui était devenu impossible de faire confiance aux Ecritures. Elle est entrée dans une bibliothèque et, par hasard, a trouvé un livre sur la théorie du jugement divin. Elle était ravie de cette explication et a commencé à rebâtir sa foi. A la fin du séminaire, cependant, elle s’est avancée pour me dire qu’elle était heureuse de ne plus être obligée de croire à la théorie du jugement divin. Elle a dit que la théorie du jugement divin l’avait pourtant aidée à sortir d’une impasse provoquée par l’évolutionnisme. Désormais, elle pouvait faire entièrement confiance à la Bible.

Dans les générations passées, un grand nombre de chrétiens spirituels et consacrés ont diffusé la théorie du jugement divin ou encore celle de l’évolution théiste. De nos jours, cependant, nous pouvons montrer la vraie nature de la recherche scientifique évolutionniste, ainsi que les évidences concluantes qui soutiennent la Bible dans tous les domaines. Il n’est donc plus nécessaire de se raccrocher à ces positions de compromis. Il est même impératif que les chrétiens abandonnent ces positions et qu’ils acceptent la Bible comme la Parole véritable de Dieu.

Jacques 3:1 nous avertit : “Qu’il n’y ait pas un grand nombre parmi vous qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement.”

J’appelle tous les responsables chrétiens à réévaluer sérieusement leurs croyances sur la question création/évolution. Un exemple, évoqué plus haut, concerne la visite d’une école et l’ouverture des élèves à l’Evangile suite à la réunion. Je vous ai déjà fait part du témoignage d’un jeune élève de cette école mais je n’avais pas parlé de l’opposition virulente de deux pasteurs de la région qui ont essayé d’empêcher ma visite à l’école. Leur raison? Ils disaient que mon intervention jetterait la confusion parmi les élèves. Ils m’ont fait comprendre que je n’avais aucun droit d’imposer une interprétation littérale de la Bible. S’ils avaient réussi à m’empêcher d’entrer dans l’école, la plupart de ces élèves ne seraient toujours pas ouverts à l'évangile.

Pour une autre école, l’un des pasteurs a eu de la peine à y faire entrer l’équipe de la science créationniste pour parler à quelques classes. Un autre pasteur, cependant, a tenu à intervenir après notre présentation. Il dit aux élèves qu’il était chrétien et ministre du culte et leur a demandé de ne pas croire à ce que nous enseignions. Il avoua croire en l’évolution et non au récit de la Genèse.

De tels événements se sont produits fréquemment au cours de mon expérience comme orateur pour le créationnisme. Très souvent, nous entendons les pasteurs dire que nous désorientons les élèves et que, par conséquent, on devrait nous interdire l’entrée dans les établissements scolaires. Ces pasteurs ignorent que les professeurs disent à leurs élèves qu’il n’y a pas de Dieu et que tout (y compris l’homme) est le résultat du plus pur hasard. Notre message est simple. Nous enseignons aux élèves qu’il y a un Dieu, qu’Il est le créateur et que l’on peut faire confiance à la Bible. Comment se fait-il que des hommes, qui sont censés paître des âmes, préfèrent que les élèves apprennent qu’il n’y a pas de Dieu ? Ces hommes n’ont aucune foi en leur propre pélerinage. Comment peuvent-ils espérer en paître d’autres ? Ils devraient plutôt rendre visite aux écoles et demander aux élèves quel effet a sur eux l’enseignement de l’évolution !

Dans une école confessionnelle privée en Tasmanie, l’île au sud de l’Australie, la position officielle était d’enseigner l’évolution tout en y ajoutant Dieu. L’évêque local a fait tout son possible pour interdire ma visite à l’école mais l’un des professeurs a obtenu la permission de présenter le créationnisme à la classe et m’a invité comme orateur. A la conclusion de ma présentation, 69 des 70 jeunes filles m’ont entouré pour attaquer verbalement ma position sur la création. Elles criaient: “Il n’y a pas de Dieu!” ; “Le Bouddhisme est meilleur que le Christianisme!” ; “L’Évolution est vraie”; “Vous ne pouvez pas faire confiance à la Bible!”; “La Bible est pleine d’erreurs!”; “Ce que vous avez à dire ne nous intéresse pas!”. A cause du compromis avec l’évolutionnisme, elles étaient encore moins ouvertes à la Parole de Dieu que ne l’étaient les élèves de l’école publique. Elles fréquentent une école “religieuse”, pourquoi ne connaîtraient-elles pas la vérité? En ce qui les concerne, elles estimaient avoir déjà toutes les réponses. Une jeune fille, cependant, s’est approchée de moi, les larmes aux yeux. Elle m’a remercié pour le fondement que j’avais donné à sa foi. Elle disait qu’elle était chrétienne et croyait à la Bible. Néanmoins, elle trouvait très difficile d’être dans cette école-là, puisque les professeurs essayaient de détruire sa foi dans le christianisme. Ils avaient, de toute évidence, affaibli la foi de bien d’autres élèves de la classe!

Au cours d’un moment de questions — réponses dans une église, le pasteur a soulevé une question vitale. Du fait qu’il n’y avait aucune école chrétienne dans ce district enseignant le point de vue créationniste, valait-il mieux, que les parents envoyent leurs enfants à l’école publique locale avec sa philosophie ouvertement anti-chrétienne ou à l’école chrétienne qui faisait des compromis? Un silence pesant couvrait l’assemblée pendant que tous attendaient ma réponse.

Que pouvais-je dire? Devais-je les encourager à envoyer leurs enfants à l’école religieuse qui enseignait l’évolution et une philosophie mondaine ou à l’école publique? Ma première réponse a été : “Je ne les enverrais ni à l’une ni à l’autre; je les garderais à la maison!” Bien sûr, l’instruction à domicile devient une vraie option pour beaucoup de parents aujourd’hui et le mouvement de l’école à la maison est en pleine croissance. Cependant, j’ai poursuivi en disant qu’il était plus facile de dire aux élèves qu’ils apprendraient une philosophie anti-chrétienne dans une école publique. Une école religieuse devrait être chrétienne mais, si elle a fait un compromis avec la philosophie du monde, elle n’est pas différente d’une école publique, sauf en ce qu’elle prétend être chrétienne !

Le Seigneur nous le dit clairement en Apocalypse 3 :15-16. En parlant de l’Eglise du compromis, nous lisons : “Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n’es ni froide ni bouillante, puisses-tu être froide ou bouillante! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froide, ni bouillante, je te vomirai de ma bouche.”

Voilà probablement la raison pour laquelle les élèves des écoles publiques répondent bien mieux à notre ministère que ceux des écoles chrétiennes compromettantes.

Messieurs les Pasteurs, Théologiens et Ministres du Culte! Vous devez savoir quels sont les ravages de l’évolution sur les esprits des élèves. Vous devez vous rendre compte de ce qui se passe dans le système scolaire. Il y a de moins en moins d’enfants dans les programmes d’instruction religieuse de nos églises. Il y a moins d’enfants qui s’intéressent à l’instruction religieuse au sein des écoles. Dans beaucoup d’écoles, les classes d’instruction religieuse sont supprimées. Regardez la situation d’un point de vue pratique. Votre position de compromis est-elle une réussite ? Non!

Un exemple de l’opposition que nous rencontrons a pu être entendu dans une interview à la radio australienne le 16 mai 1984, avec le Pasteur Colin Honey, un pasteur de l’Eglise Unie et le Principal du Kingswood College à l’Université de l’Australie Occidentale. On demanda au Pasteur Honey s’il voyait un lien fondamental entre le christianisme et les esprits simples. Il a répondu, “Oui, je crois que ce lien sera établi si des insensés continuent à insister que la Bible dit que le monde fut créé en six jours!”

Vous seriez choqués si vous écriviez à certaines de nos facultés de théologie ou écoles bibliques pour leur demander ce qu’elles enseignent concernant la création. Mais soyez bien précis — ne leur demandez pas simplement si elles enseignent la création. Demandez-leur ce qu’elles croient concernant la Genèse. Croient-elles que ces jours étaient des jours littéraux? Croient-elles que le déluge de Noé avait une portée universelle? Interprètent-elles la Genèse de manière littérale ? Voient-elles l’importance de la Genèse par rapport à la doctrine? Dans certaines églises, j’ai dit aux membres que je savais que la faculté de théologie de leur dénomination enseignait soit l’évolution, soit que l’interprétation de la Genèse n’a aucune importance. La plupart des auditeurs n’en croyaient pas leurs oreilles. Ils pensaient que leurs facultés de théologie enseignaient la véracité de toute la Bible.

Dans nos pays occidentaux, la plupart des facultés bibliques et théologiques produisent des pasteurs qui ont appris à remettre les Ecritures en question plutôt que de les accepter. Voilà pourquoi nous avons tant de pasteurs qui égarent les brebis. Si vous soutenez ces institutions financièrement, pourquoi ne pas leur demander ce qu’elles enseignent sur ces sujets?

Lors d’un séminaire, trois pasteurs protestants se sont approchés de moi et m’ont dit que ce que j’enseignais était une perversion des Ecritures. Tandis que nous parlions, il paraissait évident que nous interprétions les Ecritures de manière contradictoire. Je disais que la Bible enseigne que Dieu prit une côte d’Adam pour créer une femme. Le croyaient-ils? Ils ont répondu : “Oui, nous croyons que l’image symbolique de ce récit implique que l’homme et la femme sont un.” “Non”, leur répliquais-je, “J’ai demandé si vous croyiez que c’est de cette manière que Dieu a créé la femme.” Ils ont répondu qu’ils étaient bien d’accord que cette image théologique impliquait que l’homme et la femme étaient un. J’ai répété ma question plusieurs fois, disant que la Bible spécifie que c’est de cette manière que Dieu a réellement créé la femme. Non seulement cela mais, dans le Nouveau Testament, en I Corinthiens 11:8, Paul dit que la femme vient de l’homme et non l’homme de la femme, soutenant ainsi de manière évidente le récit de la Genèse.

La discussion ne menant à rien, je leur ai demandé s’ils croyaient que Jésus a été cloué sur une croix, comme le dit le Nouveau Testament. “Oh! oui , nous croyons cela!” Je leur ai alors demandé pourquoi ils ne croyaient pas que Dieu a réellement pris une côte d’Adam pour créer Eve. Ils ont répondu que la différence venait du fait qu’ils interprétaient la Genèse comme de la poésie plutôt que comme de l’histoire, en suggérant que l’on ne pouvait prendre la poésie littéralement.

Bien sûr, le livre de la Genèse est un livre historique. Et puis, même si un texte est écrit sous forme poétique, comme c’est le cas pour plusieurs livres de la Bible, cela veut-il dire que nous ne devons pas les croire?

Ils m’ont informé que, pour une grande partie des Ecritures, ce n’est pas ce qui est écrit qui était important, mais l’image théologique qui était suggérée. Je leur ai demandé comment ils déterminaient l’image théologique, sur quelle base ils décidaient qu’elle était l’image théologique véritable ? Comment pouvaient-ils être sûrs qu’ils avaient la bonne approche des Ecritures? D’où leur venait donc cette autorité? Ils ont dit que c’était leur étude de l’histoire et de la théologie au cours des années qui leur permettait de décider de la bonne approche de l’Ecriture et de déterminer la signification de ces images symboliques. Je leur ai dit alors qu’il me semblait qu’ils avançaient tout simplement une opinion quant à l’interprétation des Ecritures. Comment savaient-ils que leur opinion était juste? C’est là précisément où la conversation s’est terminée. Ces hommes veulent dire à Dieu ce qu’Il a dit, plutôt que de Lui permettre de leur dire ce qu’est la vérité. Voici la position d’un grand nombre de dirigeants théologiques.

Après une conférence dans une église à Victoria en Australie, l’un des pasteurs de la localité (qui était visiblement perturbé) m’a dit, devant un grand auditoire, que je n’avais aucun droit d’imposer mon interprétation de la Bible sur d’autres. Il était extrêmement sensible sur la question. Ce que je trouvais étonnant c'est qu’il essayait d’imposer son interprétation de la Bible sur moi et sur les auditeurs. Il ne pouvait pas comprendre cet aspect des choses.

Tout au long de l’histoire biblique, plusieurs textes montrent comment Dieu reprend les dirigeants religieux pour avoir égaré le peuple. Par exemple, Jérémie a été appelé par le Seigneur pour avertir les Israëlites que les scribes et les sacrificateurs ne proclamaient pas la vérité. Jésus a repris ouvertement beaucoup de dirigeants religieux, les traitant de “vipères” (Matthieu 12:34).

Ces mêmes avertissements s’appliquent aujourd’hui à ceux qui se réclament d’être des enseignants de la Parole de Dieu mais qui, en réalité, causent la chute d’un grand nombre. Vous savez sans doute que beaucoup d’opposition à l’oeuvre des organisations créationnistes vient de la part des théologiens et d’autres dirigeants religieux. Les organisations humanistes recrutent souvent des gens qui se réclament du christianisme mais qui croient en l’évolution pour soutenir à la télévision, à la radio et dans leurs publications leur combat contre le mouvement créationniste. J’ai entendu des journalistes à la télévision et à la radio se réjouir ouvertement d’avoir quelqu’un, dans leur émission, qui se dit “chrétien” mais qui s’oppose à la Bible et à la création.

Lors d’un débat création/évolution, un évolutionniste affirmait que la question n’était pas si Dieu était créateur ou non. Il disait qu’il croyait à la création et qu’il était chrétien. Par la suite, il commençait à attaquer la Bible et le christianisme. Pendant le débat, quelqu’un dans l’auditoire lui demandait s’il pouvait témoigner que Jésus-Christ était son Sauveur. Surpris par la question, l’évolutionniste cherchait visiblement à l’éviter. Cependant, il a décidé d’essayer de répondre. Il a annoncé à l’auditoire qu’il n’employait pas les mêmes termes que les autres. Il n’acceptait pas la Bible du tout et n’avait rien à faire avec le christianisme fondamentaliste. Au fond, il a décrit le christianisme fondamentaliste comme le mouvement qui affirme la véracité de la Bible. Et pourtant, beaucoup avaient cru qu’il était un chrétien parce qu’il l’avait dit publiquement. Voici un loup, en vêtement de brebis, égarant les brebis.

Beaucoup de bergers dans le monde d’aujourd’hui se trouvent dans l’un des groupes ci-dessous. On constate une progression croissante depuis la “tolérance” jusqu’à la “capitulation devant l’erreur”.

1. La tolérance

Beaucoup nous disent que nous devons tolérer les croyances des autres à propos de l’évolution: nous ne devons pas nous exprimer contre leurs thèses. On nous dit aussi de considérer toutes les alternatives placées devant nous par les scientifiques et ne pas être “dogmatiques” sur un seul point de vue. Ceci est, bien entendu, une forme de dogmatisme en soi, puisqu’il est interdit d’insister sur le fait que la Genèse soit prise de manière littérale, ce qui excluerait la philosophie évolutionniste. Beaucoup de facultés de théologie insistent, de manière dogmatique, pour que leurs étudiants considèrent toutes les vues de l’interprétation de la Genèse (c’est à dire, l’évolution théiste, la création progressive, la théorie jour-âge, la théorie du jugement divin, la théorie de la création littérale en six jours), avant d’affirmer que personne ne peut dire qu’un de ces points de vue est correct ou incorrect! Bien sûr, les étudiants de telles facultés doivent être exposés à ces diverses théories mais les points faibles de ces diverses positions doivent être examinés en détail.

2. L’accommodation

Beaucoup disent que l’on ne peut pas être sûr de la signification ou du message de la Genèse et que, peut-être, les évolutionnistes ont raison après tout. Dû au grand respect pour “l’instruction” et à l’abondance des écrits produits par un grand nombre de scientifiques favorisant l’évolution, beaucoup de chrétiens ajoutent, tout simplement, l’évolution à la Bible.

3. La coopération

A ce stade, l’erreur de l’évolution est tolérée au point qu’on lui accorde une place dans l’église. Cette position est confortable et produit une grande harmonie: les gens de l’église, qui croient en l’évolution, ne se sentent pas menacés et tout le monde peut travailler ensemble. De telles personnes affirment que Dieu a créé, mais qu’il n’est pas important de déterminer s’Il a employé ou non l’évolution dans Sa création.

4. La contamination

Avec tant de personnes, si intimement liées à l’erreur de la philosophie évolutionniste, cette théorie est acceptée de manière générale et enseignée dans les églises, les écoles du dimanche, les écoles chrétiennes et les programmes d’instruction religieuse, aussi bien que dans les écoles publiques. Par conséquent, le sujet ne gêne plus personne.

5. La capitulation

L’évolution est acceptée comme un fait et quiconque ose être en désaccord avec elle devient un “hérétique”. Tandis que les gens acceptent l’évolution et classent la Genèse parmi les mythes ou allégories, ils commencent à remettre en question le reste des Ecritures. Un rejet de la fondation de toute la doctrine contenue dans le livre de la Genèse amène logiquement au reniement de toute la Bible. La théologie libérale s’installe.

Il était intéressant de noter la réaction d’un professeur de Génétique et des Variations Humaines à l’Ecole des Sciences Biologiques de l’Université de LaTrobe. Lors d’un débat avec le Dr. Gary Parker, quelqu’un l’invita à s’exprimer sur le fait que beaucoup de chrétiens acceptent l’évolution. Il a dit: “Je peux seulement ajouter que le christianisme est assez largement fragmenté. De toute évidence, le christianisme est lui-même en évolution: certains milieux chrétiens semblent en avoir pratiquement abandonné la théologie. On dirait que l’étape ultime de l’évolution du christianisme sera d’en rejeter toute la théologie pour prendre une optique naturaliste de la vie.” Ce qu’il a reconnu, c’est bien sûr, qu’il n’y a vraiment aucune différence entre l’évolution athée et l’évolution théiste, sauf que, dans cette dernière, Dieu est ajouté au système. Logiquement, l’évolution théiste n’est qu’à un pas de l’évolution athée et c’est là qu’il voit la fin logique d’une telle situation de compromis.

Au sein de nombreuses dénominations, il y a une véritable controverse et beaucoup de discussions concernant l’inerrance de la Bible. En discutant sur ce sujet, il est triste de constater que beaucoup d’érudits évangéliques ne reconnaissent pas ou négligent volontairement l’importance du livre de la Genèse. L’acceptation des événements littéraux de la Genèse est essentielle à la question de l’inerrance biblique. Si les colloques sur l’inerrance voulaient bien résoudre cette question d’abord, les autres problèmes disparaîtraient rapidement. Voilà une raison pour laquelle n’importe quelle Confession de Foi, qu’elle soit formulée pour une école chrétienne, une organisation chrétienne, une église ou tout autre entité, doit être bien spécifique concernant le livre de la Genèse. Ce n’est pas suffisant de dire que l’on croit que Dieu a créé. Il faut comprendre l’importance et la portée d’une interprétation littérale du livre de la Genèse, le rejet total de la théorie de l’évolution et à quel point la Genèse est le fondement pour le reste de la Bible.

Hélas! De nombreuses écoles chrétiennes ne comprennent pas l’importance de la question. J’en connais qui se préoccupent davantage de ce que croient leurs professeurs concernant l’eschatologie (le retour de Jésus-Christ) que ce qu’ils croient et enseignent sur la question fondamentale qu’est la création. Finalement, ces écoles ne comprennent pas complètement l’éducation chrétienne!

Comme le dit le prophète Osée au chapitre 4 verset 14 ; “le peuple insensé (ou sans compréhension) court à sa perte!” Tandis qu’il y a beaucoup de bergers qui égarent les brebis, nous devons nous souvenir que les brebis sont aussi à blâmer, comme Dieu nous le dit par Jérémie au chapitre 5, verset 31 : “Les prophètes prophétisent avec fausseté, les sacrificateurs dominent sous leur conduite, et mon peuple prend plaisir à cela”. Prions que davantage d’hommes et de femmes dans nos pays se lèvent pour défendre la vérité absolue de la Sainte Parole de Dieu.

Il est dit en Exode 20/11 : “Car en six jours l’Eternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et Il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Eternel a béni le jour du repos, et l’a sanctifié.”

Un élève dans une classe d’école chrétienne demanda à son instituteur, “Comment n’importe qui pouvait-il tout créer en six jours à partir de rien?” Un autre élève, plein de discernement, lui répondit, “Mais justement, Dieu n’est pas n’importe qui!”

L’évolution : Le Mensonge

Help Translate

Please help us provide more material in French.

Help Translate

Visit our English website.