Chapitre 6

La Genèse : ça compte !

de
Également fourni en English
Share:

Regardons, dans le détail, quelques doctrines importantes du christianisme afin de voir pourquoi il est essentiel d’interpréter le livre de la Genèse littéralement.

  • Supposons que l’on nous interroge sur les doctrines auxquelles croient les chrétiens. Comment répondriez-vous, de manière détaillée, aux questions suivantes :
  • Pourquoi croyons-nous au mariage ?
  • Pourquoi encourageons-nous le port de vêtements ?
  • Pourquoi y a-t-il des règles définissant le bien et le mal ?
  • Pourquoi sommes-nous des pécheurs — que signifie cette expression-là ?
  • Pourquoi y a-t-il la mort et la souffrance dans le monde ?
  • Pourquoi y aura-t-il de nouveaux cieux et une nouvelle terre ?

Nous considérerons soigneusement chacune de ces questions, parce qu’il est important de connaître les raisons de nos croyances. En fait, Dieu s’attend à ce que Ses enfants soient prêts à répondre, de manière logique, de leurs convictions. En I Pierre 3 :15, nous lisons : “Mais sanctifiez dans vos coeurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre avec douceur et respect, devant quiconque demande raison de l’espérance qui est en vous.”

Contrairement à l’athéisme, le christianisme n’est pas une foi “aveugle” mais une foi objective en la personne de Jésus-Christ. En effet, Il se révèle à ceux qui viennent à Lui par la foi en Son identité. Jean 14 :21 dit : “ . . . je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui”. Hébreux 11 :6 dit : “ . . . car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’Il est le rémunérateur de ceux qui Le cherchent.”

Si le chrétien ne peut pas mettre en évidence les raisons de la validité de sa foi, son témoignage est alors affaibli et se prête au mépris. Les chrétiens doivent être préparés à défendre intelligemment l’Evangile en s’armant de connaissance et d’une compréhension de toutes les formes de l’incrédulité trouvées de nos jours. Beaucoup de chrétiens ne savent pas communiquer le fait que les lois et la Parole de Dieu sont véridiques. Cela donne des générations de chrétiens mous qui croient beaucoup de choses, sans en connaître les raisons. Le témoignage personnel peut perdre son impact si le chrétien ne donne pas de raisons intelligentes pour sa foi. Ceci doit être évité, de peur que le nom de Christ soit ridiculisé et déshonoré.

Un bon exemple de ce qui vient d’être dit peut se voir dans une lettre envoyée à l’éditeur d’un journal d’Arizona. On lisait ce qui suit : “Quand j’étais enfant, nous croyions tous que les hommes avaient une côte de moins que les femmes parce que Dieu a créé Eve de l’une des côtes d’Adam. Lorsque ce récit fut écrit cinq à dix mille ans après Noé et le déluge universel, combien de gens pouvaient lire et écrire ? Vous vous dites enseignant du créationnisme à l’école. Comment répondriez-vous à ces questions ?

Si Noé a pris deux de chaque espèce d’animaux dans l’arche, où a-t-il trouvé les ours polaires, les bisons et les kangourous ? Vous direz peut-être que ces animaux-là vivaient dans les régions méditerranéennes à cette époque-là . Voici la question suivante : comment les couleurs différentes des êtres humains ont-elles évolué à partir d’une famille de peau blanche (bien mate) au cours d’une période de 5.000 ou même de 50.000 ans ? En grandissant dans une famille très religieuse, on me disait de ne jamais remettre en question la Bible, ainsi que d’autres écrits religieux. A cette époque-là, je me posais ces questions, sans recevoir de réponses. Soixante-dix ans plus tard, j’attends toujours une explication raisonnable.”

J’ai parlé personnellement à l’auteur de cette lettre. Au cours de notre conversation, il nous a avoué qu’on lui avait dit d’accepter la Bible avec une foi aveugle et qu’il n’avait jamais reçu de réponse utile à ses questions. Ce manque l’a poussé à rejeter le christianisme évangélique. Quelle tragédie ! Les réponses à ce genre de questions sont disponibles de nos jours. Par conséquent, donnons les raisons qui soutiennent nos croyances, en abordant les sujets mentionnés ci-dessus.

Le mariage

Lorsque Jésus fut interrogé sur la question du divorce en Matthieu 19, Il a immédiatement fait référence à l’origine et au fondement du mariage. Il a dit, “N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme et qu’Il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ?” Et quel livre fut cité par Jésus ? Celui de la Genèse ! (En fait, dans un seul verset il a cité un texte de Genèse 1 et de Genèse 2. Ceux qui, à tort, disent que Genèse 1 et 2 constituent deux récits différents de la création doivent consulter l’Annexe 1 dans ce livre.) Jésus dit ici, en somme, “Ne comprenez-vous pas qu’il y a une base historique pour le mariage ? ” Si nous n’avions pas cette base historique, nous n’aurions pas de mariage du tout. La seule base est dans les Ecritures. Vous pouvez trouver cette institution convenable pour vous personnellement mais, sans cette base, vous ne pouvez pas dire à votre fils qu’il ne peut pas épouser William ou même deux jeunes filles à la fois. De même, les relations extraconjugales seraient une alternative tolérable. Il n’y aurait aucune raison de penser autrement.

Mais, si nous retournons à la Genèse, nous lisons comment Dieu prit de la poussière pour faire un homme. De la côte de l’homme, il fit une femme. Les premières paroles enregistrées d’Adam furent : “Voici maintenant celle qui est os de mes os et chair de ma chair.” Ils étaient une seule chair. Lorsque un homme et une femme s’épousent, ils deviennent un. Voici la base historique. Nous devons aussi nous attacher l’un à l’autre, comme si nous n’avions pas de parents — tout comme Adam et Eve, qui n’en avaient pas. Nous savons que le mariage doit être une relation hétérosexuelle. Pourquoi ? Parce que, comme nous l’avons déjà vu, Dieu a créé Adam et Eve (un homme et une femme — non un homme et un homme). Voici donc la seule base sur laquelle repose le principe du mariage et c’est pourquoi nous savons que le désir et le comportement homosexuels sont une déviation perverse et contre nature. Il est temps que l’église prenne position contre l’homosexualité en tant que phénomène naturel ou normal ou comme une “alternative acceptable”. Paul n’aurait pas parlé d’homosexualité dans les termes qu’il a employés dans l’Epître aux Romains s’il n’avait pas eu cette base historique. (Veuillez noter qu’en tant que chrétiens, si nous devons condamner le péché d’homosexualité, nous devons user de grâce envers l’individu lui-même, et rechercher sa délivrance.)

Que dire des autres enseignements sur le mariage ? Un autre aspect concerne la famille. L’échec, dans le domaine du mariage, est la raison pour laquelle beaucoup de familles se disloquent ou que les enfants errent loin du christianisme. De nos jours, dans la majorité des foyers chrétiens, c’est la mère qui donne aux enfants leur instruction spirituelle. Quelle tragédie de constater que les pères n’ont pas assumé cette responsabilité donnée par Dieu. L’examen des rôles bibliques attribués aux pères et aux mères montre que c’est aux pères que revient la responsabilité de pourvoir aux besoins spirituels et matériels de leur famille (Esaïe 38 :19 ; Proverbes 1 :8 ; Ephésiens 6 :4). Un des résultats de ce renversement des rôles est le fait que les fils s’arrêtent de fréquenter l’église. Les jeunes filles chrétiennes qui n’ont pas été instruites correctement par leur père, concernant la relation conjugale, désobéissent au Seigneur en fréquentant et en épousant des hommes non-chrétiens.

Une jeune femme s’est approchée de moi pour me dire qu’elle était mariée avec un non-chrétien. Elle m’expliqua que, pendant qu’elle fréquentait cet homme, elle l’avait comparé à son père et ne voyait aucune différence entre les deux. Pourtant, son père était un chrétien. Mais, du fait qu’il n’était pas le chef spirituel du foyer, elle ne voyait pas de différence entre lui et celui qu’elle fréquentait. Elle ne voyait aucune raison d’épouser un chrétien. Maintenant qu’elle est mariée et qu’elle a des enfants, apparaissent de gros problèmes quant à l’éducation de ces enfants.

Tant de problèmes surgissent dans les familles chrétiennes de nos jours parce que les pères n’ont pas assumé la responsabilité donnée par Dieu, à savoir être le chef spirituel du foyer. En tant que mari et père, il est aussi un sacrificateur pour son épouse et ses enfants. Ce n’est pas, cependant, une relation de “patron” où les hommes sont des despotes et les femmes des esclaves. Ceux qui croient à la libération de la femme croient aussi que la Bible encourage une relation de tyrannie au sein du mariage. Hélas ! beaucoup de chrétiens le croient. Mais la Bible n’enseigne rien de la sorte. Quiconque emploie les absolus de ces rôles bibliques pour justifier la prise de pouvoir d’une personne sur une autre n’a rien compris au message de Jésus-Christ (Ephésiens 5 :22-33 ; Jean 13 :5). La Bible dit aussi que nous devons nous soumettre l’un à l’autre (Ephésiens 5 :21). Si nous n’adoptons pas les règles données par Dieu dans les Ecritures nous constaterons que nos familles ne fonctionnent pas comme elles le devraient et des problèmes surgiront. La Bible ordonne aux maris d’aimer leurs femmes comme Christ a aimé l’Eglise (Ephésiens 5 :21) . Dans bien des cas, si les maris aimaient leur femme de cette manière, les femmes se soumettraient bien plus facilement.

Pourquoi s’habiller ?

Considérons pourquoi nous portons des habits. Est-ce pour avoir chaud ? Mais alors, si nous vivons dans des régions tropicales . . . ? Est-ce pour des raisons d’esthétique ? Si ce sont nos seules raisons, pourquoi alors s’habiller ? Pourquoi ne pas se déshabiller quand et où nous en avons envie ? Est-ce grave si quelqu’un montre sa nudité en public ? Ultimement, la seule raison pour insister que les gens s’habillent est d’ordre moral. S’il y a une raison morale, elle doit avoir une base quelque part ; donc, il doit y avoir des règles liées à la raison morale. Quelles sont donc ces règles ? Beaucoup de gens dans notre culture (y compris les chrétiens) acceptent simplement les règles et les modes du jour. Parents, comment éduquez-vous vos enfants ? Que leur dites-vous concernant l’habillement ?

Dans son article : “Les règles de l’habillement grec : sacré et profane”, Harrianne Mills écrit : “Depuis la disparition, il y a environ cent ans, de la théorie biblique disant que les habits sont portés pour des raisons de modestie, diverses théories ont été avancées par les anthropologues pour expliquer l’origine et la fonction des habits.”

Pourquoi portons-nous des vêtements ? Il y a une base morale si vous tenez compte des Ecritures. Nous lisons dans la Genèse que, lorsque Dieu créa Adam et Eve, ils étaient nus. Mais le péché est entré dans le monde et le péché fausse tout. Le péché fait une distortion de la nudité. Immédiatement, Adam et Eve savaient qu'ils étaient nus et ils ont essayé de se couvrir avec des feuilles de figuier. Dieu est venu à leur secours, pourvoyant à leur habillement au moyen du sacrifice d’un animal innocent. C’était le premier sacrifice avec du sang ; c’était aussi une couverture pour leur péché.

Sur le plan sexuel, les hommes sont facilement excités par la vue. Voilà pourquoi des femmes peu vêtues sont utilisées dans les publicités de magazines et à la télé. Les parents doivent expliquer à leurs filles avec quelle facilité un homme est éveillé sexuellement à la vue d’un corps féminin. Elles ont besoin de le savoir car elles ignorent ce qui se passe chez l’homme. Dans une église, après avoir parlé sur le sujet de l’habillement, une jeune femme s’est approchée pour me dire qu’elle était chrétienne depuis 6 mois seulement. Elle fréquentait un jeune homme chrétien et elle était perplexe quant à la raison pour laquelle il lui demandait de ne pas porter certaines choses. Chaque fois qu’elle lui demandait pourquoi, il était embarrassé. Elle ne s’était jamais rendu compte que ce qu’elle portait (ou exposait) était une pierre d’achoppement pour un homme qui pouvait commettre l’adultère dans son coeur.

Les pères ont besoin d’expliquer à leurs filles comment réagissent les hommes en voyant le corps féminin. Ils doivent aussi expliquer à leurs fils que, même si l’habillement d’une femme (ou manque d’habits) peut être une pierre d’achoppement pour un homme, ce dernier n’a aucune excuse s’il laisse son imagination demeurer sur ce qu’il a vu. Job avait une réponse à ce problème. Voici ce qu’il dit : “J’avais fait un pacte avec mes yeux et je n’aurais pas arrêté mes regards sur une vierge” (Job 31 :1). Les hommes chrétiens devraient faire une alliance avec leurs yeux et s’en souvenir lorsque leur viennent des pensées de convoitise suite à ce qu’ils ont vu ou entendu.

Jésus dit que si un homme convoite une femme dans son coeur, il a commis l’adultère dans son coeur : “Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur” (Matthieu 5 :28). Le péché a dénaturé l’innocence de la nudité. Même la relation parfaite entre Adam et Eve a dégénéré après la “chute”. Ils se sont cachés loin de Dieu et ils avaient honte de leur nudité. Bien des femmes chrétiennes portent des habits qui accentuent vraiment leur sexualité. Et bien des yeux regardent chaque mouvement. Que se passe-t-il ? Les hommes commettent l’adultère dans leur coeur. C’est l’adultère pour lequel eux-mêmes, aussi bien que ces femmes, devront rendre des comptes.

Dans bien des foyers chrétiens, les parents ont certaines croyances concernant l’habillement. Ils disent à leurs ados : “Tu ne peux pas porter cela”. Les adolescents répondent : “Mais pourquoi pas ?” ;“Parce que ce n’est pas très chrétien”, répondent les parents. “Et en quoi n’est-ce pas chrétien ?” interrogent les jeunes. “Parce que les chrétiens ne portent pas ça”, insistent les parents. “Pourquoi ?” poursuivent les jeunes.

Puis, vous entendez souvent les filles parler ainsi à leurs parents : “Mais vous êtes vieux-jeu, papa et maman”. Elles disent que leurs parents ont une opinion et qu’elles en ont une autre. Et, pour la plupart, les jeunes maintiennent leur propre opinion. Cependant, ce n’est pas une affaire de l’opinion des parents, ni de celle des enfants. Afin de “sauver la face”, les parents recourent souvent à un légalisme qu’ils imposent. Quelle différence lorsque les parents emploient le livre de la Genèse comme base pour expliquer l’attitude que doivent avoir leurs enfants quant à l’habillement, en particulier s’ils ont déjà bien enseigné à leurs enfants que Dieu est le Créateur, qu’Il établit les règles et que la Genèse est le fondement de toute doctrine. C’est infiniment mieux que de dire à l’enfant : “Voici ce que tu feras !” et de lui imposer une conduite sans aucune explication. Cependant, comme nous le lisons en Genèse 6 :1 “Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste.” Les enfants doivent obéir à leurs parents, peu importe leur opinion sur le sujet.

Il y a une base morale pour porter les habits, à cause de ce que le péché a fait de la nudité. Nous devons comprendre comment ont été créés les hommes. L’homme était conçu pour être facilement excité sexuellement afin de se joindre à une femme : son épouse. Ceci était et demeure nécessaire pour la procréation au sein du mariage. Cependant, le péché gâche ce plan et il est mauvais, pour un homme, de regarder une autre femme avec convoitise. Par conséquent, l’habillement devrait éliminer le plus possible cette pierre d’achoppement pour l’homme. Mais l’homme n’est pas moins coupable s’il s’accorde un “deuxième regard”. On ne devrait pas simplement accepter les modes du jour. Il y a une base morale pour l’habillement donc, il y a des règles à respecter. Sachant ce que sont les hommes et sachant ce que le péché a fait de la nudité, il est important d’avoir une base pour comprendre quelles doivent être les règles ou les consignes dans le domaine de l’habillement.

Pourquoi la loi et la moralité ?

Que dites-vous à vos enfants concernant les lois ? Peut-être leur dites-vous qu’il y a des choses justes et d’autres qui sont fausses ou mauvaises mais leur avez-vous expliqué l’origine du bien et du mal ? Diriez-vous que nous avons le sens du bien et du mal parce que Dieu nous a donné des lois ? Si oui, pourquoi ? Pourquoi Dieu aurait-Il le droit de dire ce qui est bien et ce qui est mal ?

Pourquoi y a-t-il le bien et le mal (cf. les Dix Commandements) ? Rappelez-vous l’histoire en Matthieu 19/16-17 lorsqu’un homme vint vers Jésus pour lui dire : “Bon Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ?” Jésus répondit, “Pourquoi m’appelles-tu bon ? Un seul est bon, c’est Dieu . . . ”. Comment décidez-vous que quelque chose soit bon ou mauvais ? Dieu, le seul qui soit bon, nous a créés et, par conséquent, nous Lui appartenons. Nous avons donc des obligations envers Lui et nous devons Lui obéir. Il a le droit d’établir les règles. Il sait tout ce qu’il y a à savoir sur toutes choses (une connaissance absolue) donc, nous devons Lui obéir. C’est la raison pour laquelle nous avons des absolus, des points de repère, le bien et le mal.

Maintenant, si vous n’êtes pas chrétien, et que vous pensez que certaines choses sont bonnes ou mauvaises, d’où cette opinion vous vient-elle ? Vous n’avez aucune base pour en décider. Comment arrivez-vous à vos règles de comportement ? Comment décidez-vous de ce qui est bon ou mauvais ? La plupart des non-chrétiens, qui croient au bien et au mal, mettent en pratique l’éthique chrétienne.

La philosophie évolutionniste athée dit : “Il n’y pas point de Dieu. Tout est le résultat de la chance. La lutte et la mort sont à l’ordre du jour, non seulement maintenant mais de manière indéfinie dans le passé et dans l’avenir.” Si cela est vrai, il n’y a aucune base pour le bien et le mal. Plus les gens croient à l’évolution, plus ils diront : “Il n’y a point de Dieu. Pourquoi devrais-je obéir aux autorités ? Pourquoi y aurait-il des règles contre les aberrations sexuelles ? Pourquoi des lois contre l’avortement ? Après tout, l’évolution nous dit que nous sommes tous des animaux. Donc, tuer les enfants au moyen de l’avortement n’est pas plus coupable que de décapiter un poulet ou un poisson.” Vous avez un choix : croire à l’évolution ou à la création. Ce choix affectera tous les domaines de votre vie !

Car par la Loi vient la connaissance du péché (Rom. 3 :20).

L’apôtre Paul explique ce simple fait en Romains 3 :20 “ . . . C’est par la loi que vient la connaissance du péché.” En Romains 7 :7, il continue, “ . . . Je n’aurais pas connu la convoitise si la loi n’avait dit : ‘Tu ne convoiteras pas’.”

L’existence de Dieu n’est ni prouvée ni défendue nulle part dans les Ecritures. Elle est présentée comme une donnée, comme un fait accompli. Dieu a clairement expliqué ce qu’Il a fait et qui Il est. Il n’y a aucun doute quant à Son autorité souveraine sur Sa création, ni sur l’attitude à adopter envers Lui, comme Créateur. Il est de Son droit d’établir les règles. Nous avons la responsabilité de Lui obéir et de nous réjouir dans Sa bonté ou bien Lui désobéir et subir Son jugement.

Adam, le premier homme, a choisi de se rebeller. Le péché est la rébellion contre Dieu et Sa volonté. La Genèse nous dit que ce premier acte de rébellion humaine a eu lieu dans le jardin d’Eden.

Pour comprendre ce qu’est le péché (que toute l’humanité est pécheresse et comment reconnaître le péché), Dieu nous a donné la Loi. Cela relevait de Son droit et, Se souciant de notre bien-être, Il nous a communiqué la loi par bonté. Il est le créateur et Son caractère parfait n’attend rien de moins que la perfection de notre part. Tout puissant et tout amour, Il a établi pour nous les règles par lesquelles nous devrions vivre pour l’épanouissement qu’Il souhaite à nos vies. Paul le dit en Romains 7 :7, “Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’avait dit : Tu ne convoiteras point”.

La Bible enseigne clairement que chaque être humain est un pécheur, en état de rébellion contre Dieu. Initialement, la loi a été donnée pour expliquer ce qu’est le péché. Mais la connaissance du péché n’est pas la solution au problème du péché. Il en fallait plus. Le créateur n’avait pas oublié ni Son amour, ni Son engagement envers Sa création. Il a défini la rançon et en a payé le prix, Lui, le Fils de Dieu. Le Seigneur Jésus-Christ, qui est Dieu, a souffert la malédiction de la mort sur une croix, devenant péché pour nous afin que Dieu puisse porter un jugement sur le péché. Mais, tout comme tous meurent en Adam, de même tous ceux qui croient à la mort expiatoire et à la résurrection de Christ vivent en Lui.

Ceux qui s’opposent au créateur se dressent contre Celui qui est l’Autorité Absolue — celui qui fixe les règles et qui les observe.

Dans le livre des Juges, il est dit : “En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon” (Juges 17 :6). Il en est de même pour les gens d’aujourd’hui. Ils veulent que l’évolution soit enseignée comme un fait et que la croyance en la création soit bannie car ils veulent, aussi, être une loi pour eux-mêmes. Ils désirent maintenir la nature rebelle qu’ils ont héritée d’Adam et ils n’accepteront pas l’autorité de Celui qui, comme créateur et législateur, a le droit de leur dire exactement ce qu’ils doivent faire. Voici vraiment la portée du conflit création/évolution. Dieu le créateur a-t-Il le droit de dire à quelqu’un ce qu’il doit faire de sa vie ? Ou bien l’homme peut-il décider de lui-même ce qu’il veut faire, sans en subir les conséquences ? Ce ne sont pas des questions de rhétorique. Leur nature même exige une réponse de chaque individu. La question se pose : l’homme est-il autonome décidant tout pour lui-même, ou appartient-il à Dieu ? La plupart des hommes veulent être autonomes et croient qu’ils peuvent agir selon leurs propres désirs et compréhension. Mais l’homme n’est pas autonome et c’est précisément là que la bataille fait rage.

La Bible nous dit que ceux qui se confient dans le Seigneur et qui sont habités par Son Saint-Esprit montreront le fruit de l’Esprit : “ . . . l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi” (Gal. 5 :22-23). Ceux qui ne sont pas habités par l’Esprit de Dieu et qui rejettent le Dieu de la création, porteront le fruit de ce rejet : “ . . . la débauche, l’impureté, le dérèglement, l’idôlatrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table et les choses semblables . . . ” (Galates 5 :19-21). La Bible affirme clairement que les racines corrompues produisent un fruit mauvais. La pornographie, l’avortement, l’homosexualité, l’iniquité, l’euthanasie, l’infanticide, l’immoralité, l’infidélité conjugale et des choses semblables — des pratiques qui sont de plus en plus courantes dans la société d’aujourd"hui — sont certainement le fruit de racines corrompues. Cette racine corrompue est la théorie de l’évolution qui s’est propagée dans la société.

Plus notre société rejette la base de la création et les lois de Dieu, plus elle dégénèrera spirituellement et moralement. Ce phénomène a déjà ruiné plusieurs civilisations au cours de l’histoire et cela devrait nous servir d’avertissement. Considérons maintenant un exemple propre à la civilisation d’aujourd’hui.

Les conséquences du rejet de Dieu et de Ses principes absolus

Des missionnaires ont été envoyés en Nouvelle Guinée car il y vivait un peuple dit païen et primitif. On raconte l’histoire d’une tribu cannibale qui ne l’est plus aujourd’hui. A l’époque, les hommes envahissaient un village, prenaient un villageois, le tiraient en arrière par les cheveux pour tendre ses abdominaux, ouvraient son abdomen à l’aide d’un couteau en bambou, enlevaient ses intestins, coupaient ses doigts et, pendant qu’il était encore vivant, le mangeaient jusqu’à ce que mort s’en suive. Les gens qui entendent cela disent : “Oh! quels sauvages primitifs!” Ce ne sont pas des sauvages “primitifs”; leur ancêtre est un homme appelé Noé. L’ancêtre des Indiens, des Esquimaux et le nôtre est également Noé. Noé avait la connaissance de Dieu et a pu construire un bateau. Ces ancêtres savaient fabriquer des instruments de musique et pratiquaient l’agriculture. Ce qui s’est passé pour ces tribus en Nouvelle Guinée c’est, qu’à un moment de leur histoire, (comme nous le dit Romains 1) ils ont rejeté Dieu et Ses lois. Par conséquent, Dieu les a livrés à des choses folles, perverses et dégénérées.

Cependant, cette même dégénérescence (le rejet des lois de Dieu) peut être vue au sein de nations soi-disant civilisées qui découpent des gens à longueur d’année (1,5 million de bébés aux Etats-Unis chaque année), en toute légalité. Voilà ce qu’est l’avortement — découper les gens vivants et les aspirer par morceaux. Les soi-disant “tribus primitives” avaient des ancêtres qui connaissaient le vrai Dieu et Ses lois. A mesure qu’ils ont rejeté le Dieu de la création, leur culture a dégénéré dans tous les domaines. Plus nos “nations civilisées” rejettent le Dieu de la création, plus elles dégénèreront vers une “culture primitive”. Ainsi, une culture ne doit pas être évaluée selon qu’elle est primitive ou avancée (selon les présuppositions de l’échelle évolutionniste) mais chaque aspect d’une culture doit être jugé face aux points de repère de la Parole de Dieu. Quelle est la mesure de votre nation ?

L’évolution : Le Mensonge

Help Translate

Please help us provide more material in French.

Help Translate

Visit our English website.