Chapitre 8

Les méfaits de la théorie de l’évolution

de
Également fourni en English
Share:

Le croquis ci-dessous et les commentaires résument ce qui a été dit jusqu’à présent.

Si vous acceptez de croire en Dieu comme créateur, vous acceptez alors qu’il y ait des lois, puisqu’Il est le législateur. La loi de Dieu est le reflet de Son caractère saint. Il est l’autorité absolue et nous sommes totalement sous Son autorité. Les lois ne sont pas l’affaire de nos opinions mais des règles données par Celui qui a le droit de nous les imposer, pour notre bien et pour Sa propre gloire. Il nous donne des principes comme base pour bâtir notre pensée dans chaque domaine.

Accepter le Dieu de la création nous explique la signification de la vie. Nous savons que Dieu donne la vie. Nous savons que la vie a une signification et un but et nous savons que tous les êtres humains sont créés à l’image de Dieu et que, par conséquent, ils ont beaucoup de valeur et de signification. Dieu nous a créés pour avoir une relation avec nous, nous aimer et déverser Ses bénédictions sur nous, afin que nous L’aimions en retour.

D’un autre côté, si vous rejetez Dieu en Le remplaçant par une autre croyance basée sur la chance et le hasard, la notion de bien et de mal n’aura plus de fondement. Les règles deviennent ce que vous voulez qu’elles soient. Il n’y a aucun principe auquel on doit adhérer. Les gens dictent leurs propres règles.

Il faut comprendre que notre vue globale est inévitablement affectée par ce que nous croyons concernant nos origines et notre destinée.

A mesure que le fondement de la création est miné, les institutions de piété commencent à s’effondrer. Par ailleurs, quand les fondements de l’évolution demeurent fermes, les structures bâties sur ce fondement-là — l’anarchie, l’homosexualité, l’avortement, etc. - augmentent de manière logique. Nous devons comprendre ce rapport.

Bien des chrétiens reconnaissent la dégénérescence qui a eu lieu dans la société. Ils voient l’effondrement de l’éthique chrétienne et l’augmentation des philosophies anti-Dieu. Ils sont aussi très conscients de la progression de l’anarchie, de l’homosexualité, de la pornographie et de l’avortement (et les autres fruits d’une philosophie humaniste) mais ils ne connaissent pas la cause de cette dérive. La raison de leur dilemme est qu’ils ne comprennent pas la nature fondamentale de la bataille. Tout est basé sur le conflit entre la création et l’évolution.

Si vous trouvez difficile de croire que l’évolution est liée aux problèmes cités plus haut, un peu de recherche historique en démontrera clairement le rapport. En fait, je n’ai pas rencontré un seul évolutionniste bien informé qui ait été en désaccord avec moi sur la relation entre l’évolution et ces questions morales. Il ne dirait pas que ces phénomènes sociaux devraient arriver mais il affirmerait que c’est ainsi que les gens ont appliqué l’évolution à leurs moeurs. Comprenez-moi bien. Des philosophies iniques et anti-Dieu ont existé bien avant la théorie de Darwin. Les gens avortaient de leurs bébés bien avant que Darwin ait diffusé sa conception de l’évolution. Cependant, la conception des gens concernant leur origine affecte beaucoup leur philosophie de vie. Lorsque les gens rejettent le Dieu de la création, cela affecte leur façon de se voir eux-mêmes, les autres, et le monde dans lequel ils vivent.

Dans les pays occidentaux en particulier où l’éthique chrétienne dominait, la théorie de l’évolution darwinienne a fourni une justification de ne pas croire en Dieu et, ainsi, de faire des choses qu’un chrétien estimerait mauvaises. Comme l’a dit un scientifique non-chrétien dans une interview télévisée : “L’évolution darwinienne a rendu l’athéisme respectable. ”

Nous allons maintenant considérer un certain nombre de domaines où l’évolution a été utilisée pour justifier certaines attitudes et actions. Cela ne signifie pas que l’évolution darwinienne soit la cause de ces attitudes ou actions mais qu’elle a été employée par ces personnes pour justifier leur conduite et lui donner une certaine légitimité aux yeux des autres. Ces sujets sont couverts avec plus de détails et documentés dans l’ouvrage du Dr. Henry Morris “La création et le chrétien moderne”.

  1. Le nazisme et l’évolution

    On a beaucoup écrit sur l’un des fils les plus infâmes du Fascisme, Adolphe Hitler. Sa persécution des Juifs peut être attribuée, au moins en partie, à sa croyance dans l’évolution. P. Hoffmann, dans son livre “Hitler’s Personal Security” (La Sécurité Personnelle d’Hitler, Editions Pergamon, 1979 page 264), a dit : “Hitler croyait à la lutte comme un principe darwinien de vie humaine qui incitait des peuples à essayer de dominer tous les autres ; sans cette lutte, ils pourriraient et périraient . . . Même dans sa propre défaite en Avril 1945, Hitler a exprimé sa foi dans la survie du plus fort et a déclaré que les peuples Slaves se sont montrés les plus forts. ”

    Sir Arthur Keith, l’évolutionniste bien connu, explique comment Hitler était simplement logique avec lui-même dans ce qu’il a fait aux Juifs — il appliquait simplement les principes de l’évolution darwinienne. Dans son livre “Évolution et Ethique” (New York, Putnam 1947, p.28) il a écrit : “ Pour voir les mesures évolutionnistes et une moralité tribale appliquées vigoureusement aux affaires d’une grande nation moderne, nous devons nous tourner vers l’Allemagne de 1942. Nous voyons Hitler totalement convaincu que l’évolution produit la seule vraie base d’une politique nationale . . . Les moyens qu’il a adoptés pour assurer le destin de sa race et de son peuple relevaient d’une “boucherie” organisée qui a noyé l’Europe dans le sang . . . Une telle conduite est hautement immorale selon tous les codes d’éthique, pourtant l’Allemagne la justifie : elle est en rapport avec la moralité évolutionniste et tribale. L’Allemagne est retournée vers son passé tribal et a démontré au monde les méthodes évolutionnistes, dévoilant toute leur férocité. ”

  2. Le racisme et l’évolution

    Stephen J. Gould dans la revue “Natural History” (numéro d’avril 1980, page 144) a dit que “La récapitulation (la théorie évolutionniste qui postule que l’embryon qui se développe dans le sein de la mère passe par les étapes de l’évolution, telles que l’étape du poisson, etc. jusqu’à ce qu’il devienne humain) a fourni un argument facile pour fortifier le racisme qui envahissait l’opinion des scientifiques de race blanche. Ces chercheurs sont allés jusqu’à comparer les actions de leurs propres enfants avec le comportment des adultes des races inférieures”. Gould conclut également que le terme “mongolien” est devenu synonyme d’enfants trisomiques car on croyait que la race caucasienne était plus développée mentalement que la race mongolienne. Donc, certains pensaient qu’un enfant mentalement handicapé ou trisomique était le rappel d’une étape précédente du processus de l’évolution. Le paléontologue américain le plus connu de la première moitié du vingtième siècle, Henry Fairfield Osborne, ne fait que mettre de l’huile sur le feu en insinuant que “la génétique de la race noire est encore plus ancienne que celle de la race caucasienne ou mongolienne . . . .Le niveau d’intelligence de l’adulte moyen de la race africaine correspond à celui d’un enfant de onze ans de l’espèce homo sapiens” (Natural History Avril 1980 page 129).

    Beaucoup de pionniers en Australie considéraient l’Aborigène australien moins intelligent que “l’homme blanc” car les Aborigènes n’auraient pas évolué autant que les blancs sur une échelle évolutionniste. En fait, en 1984, le Musée Hobart en Tasmanie (Australie) donnait cette logique comme l’une des raisons pour lesquelles les premiers pionniers blancs ont tué autant d’Aborigènes que possible dans ce territoire. En 1924, le “New York Tribune” (dimanche, 10 février) a imprimé un grand article pour informer ses lecteurs que le chaînon manquant avait été trouvé en Australie. Ce chaînon manquant était, évidemment, les Aborigènes de l’Etat de Tasmanie.

    Ce qui paraît incroyable c’est que nous vivons dans une société qui prône l’éradication de la notion de racisme. Et pourtant, nous sommes conditionnés à adopter ces attitudes racistes par notre système d’instruction et toute la base fondamentale du racisme domine la pensée des gens.

    C’était la vue évolutionniste qui a convaincu les anthropologues de l’existence de différentes races d’êtres humains à divers niveaux sur l’échelle évolutionniste. Cela les a portés à croire qu’il y avait divers niveaux d’intelligence et de capacité. C’est l’optique chrétienne qui enseigne qu’il y a une seule race (dans le sens que nous sommes tous descendants des deux premiers êtres humains et, donc, il n’y a pas de groupes plus ou moins évolués) et que toutes les personnes sont égales.

    Dans une école, un enseignant expliquait à ses élèves que, si des créatures ressemblant aux gorilles évoluaient en êtres humains, nous devrions voir ce processus en marche aujourd’hui. Quelques-uns des élèves lui ont répondu qu’en effet, cela se passait de nos jours, car certains aborigènes étaient encore primitifs et, par conséquent, en cours d’évolution. Il est regrettable que, par cet enseignement, aux yeux de certains enfants, les Aborigènes aient été relégués à un statut inférieur à celui d’un être humain.

  3. La drogue et l’évolution

    La plupart des gens ne songeraient jamais établir une relation entre la théorie de l’évolution et l’usage de la drogue. Cependant, le témoignage ci-dessous, d’un homme habitant l’Australie Occidentale, démontre clairement cette relation.

    “A l’école, la théorie de l’évolution était enseignée d’une telle manière qu’aucun de nous n’a jamais douté que ce ne fût pas un fait scientifique. L’école était censée être chrétienne mais le récit biblique de la création était présenté comme un genre de fiction romantique qui n’était pas écrit dans le but de communiquer des vérités littérales sur Dieu, l’homme ou le cosmos. Par conséquent, j’ai cru que la Bible n’était pas scientifique et n’avait que peu ou pas d’utilité.

    Cela ne m’avait jamais frappé l’esprit que l’évolution n’était qu’une hypothèse, - un concept fabriqué dans la tête de quelqu’un — et je regrette de dire que je n’étais pas suffisamment intéressé pour aller vérifier les dires par moi-même. J’ai supposé que des gens compétents avaient déjà vérifié tout cela.

    Après avoir quitté l’école, j’ai commencé à mettre en pratique les idées reçues et les présuppositions que j’avais amassées au cours de mon enfance. Ma croyance, naïve, en l’évolution avait trois conséquences pratiques.

  1. Cela m’a fortement obligé à prendre de la drogue comme ultime source de réconfort et de créativité.

  2. Cela m’a amené à la conclusion que Dieu, s’Il existait, était un personnage très distant et impersonnel, séparé de l’humanité.

  3. Cela m’a amené à abandonner, de plus en plus, les valeurs morales qu’on m’avait enseignées dans ma famille car, lorsque l’homme est vu comme un produit arbitraire du Temps + la Matière + la Chance, il n’y a aucune raison logique de traiter les hommes et les femmes comme étant dignes de respect, parce qu’en principe, ils ne sont pas différents des animaux, des arbres et des rochers desquels, selon la théorie, ils tirent leurs origines.

    Je veux juste insister sur un point: J’ai placé ma confiance dans la drogue parce que j’étais convaincu que l’évolution était une certitude. Après avoir quitté l’école, j’étais devenu de plus en plus dépendant de la drogue. Prendre de la drogue semblait être sensé car, son principe était en accord avec ce qu’on m’avait enseigné concernant l’origine et la nature de l’homme : “De réactions chimiques tu es venu, et vers les réactions chimiques tu retourneras”. Et j’y allais tout droit.

    Ma foi dans la drogue, comme source de réconfort et de créativité, était presque totale, même après dix années de dévastation totale, au cours desquelles mon emploi, ma personnalité et mes relations étaient en lambeaux. Même après être venu à Christ, j’ai continué à utiliser la drogue ou, du moins, j’y étais très attiré, jusqu’au moment où plusieurs chrétiens m’ont montré la vérité concernant la nature de l’homme, son origine et sa destinée, telles qu’elles sont racontées dans la Genèse. C’était seulement au moment où j’ai perçu ces vérités-là que mon amour secret de la drogue a été entièrement et volontairement abandonné. Maintenant, je sais que mon espoir est dans la personne de Jésus-Christ et en Lui seul. Ce n’est plus une platitude mais une réalité vivante. Je suis libre et c’est la vérité qui m’a libéré — libre même de tout désir pour la drogue, libre de la foi que j’avais autrefois dans les substances chimiques, le résultat d’avoir cru le mensonge de l’évolution. Je fais appel aux parents et aux enseignants afin qu’ils examinent à nouveau l’évidence comme je l’ai fait moi-même.”

  • L’avortement et l’évolution

    Beaucoup se souviendront de l’enseignement reçu à l’école qu’à mesure qu’un embryon se développe dans le sein maternel, il passe par un stade de poisson avec des branchies, et par d’autres stades évolutionnistes jusqu’à ce qu’il devienne humain. En d’autres termes, l’embryon passerait par les stades d’évolution reflétant ses ancêtres et ses origines. Cette théorie de “récapitulation embryonnaire” a été proposée par un homme nommé Ernst Haeckel. Peu de gens savent que toute cette théorie est une tromperie intentionnelle. Je cite : “Mais il demeure vrai qu’en essayant de prouver son point, Haeckel a eu recours à une série de distortions malhonnêtes en dessinant ses illustrations. Les appeler malhonnêtes n’est pas un terme trop sévère, puisque Haeckel fait mention du lieu où il s’est procuré certaines de ses gravures, sans mentionner les altérations qu’il y a introduites.” (Annuaire de la Société de la Recherche sur la Création, Volume 6 Numéro 1, Juin 1969, page 28).

    Par la suite, Ernst Haeckel a admis cette fraude mais il est déplorable que cette théorie soit encore enseignée dans beaucoup d’universités, de facultés et d’écoles à travers le monde. Bien sûr, les évolutionnistes qui suivent les dernières recherches savent que cette vue est fausse et évitent de l’enseigner dans leurs salles de classe. Cependant, dans la plupart des textes scolaires et manuels de lecture les plus répandus sur le sujet, cette théorie est toujours promulguée sous des formes diverses, souvent avec beaucoup de subtilité.

    A mesure que les gens acceptaient l’idée que l’enfant se développant dans le sein de sa mère était juste un animal qui reflétait ses origines évolutionnistes, ils avaient de moins en moins de réserves à le détruire. Avec la diffusion des idées évolutionnistes, il devenait plus facile d’accepter le principe de l’avortement. En fait, certaines cliniques d’avortement en Amérique expliquent à leurs clientes que ce qui sera avorté est juste un embryon au stade évolutionniste de poisson, et qu’on ne doit pas penser à l’embryon comme au stade d’un être humain. On leur enseigne des mensonges ignobles.

    Permettez-moi de nouveau de dire ici que l’avortement existait avant que Darwin n’ait diffusé sa théorie sur l’évolution. Cependant, sa théorie a servi à banaliser l’avortement, d’où l’augmentation considérable du nombre d’avortements de nos jours.

  • Les affaires et l’évolution

    Dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle, une philosophie très répandue, le “Darwinisme social”, a dominé la pensée de beaucoup des plus éminents hommes d’affaires de cette époque-là. Ils croyaient que, du fait que l’évolution était vraie dans le domaine biologique, les mêmes méthodes pouvaient s’appliquer au domaine des affaires: la survie du plus fort, l’élimination des plus faibles et aucun amour pour le pauvre.

    En 1985, l’une des grandes banques d’Australie , la Banque Nationale Australienne (National Australian Bank), dans un magazine commémorant sa fusion avec une autre banque, utilisait les principes darwiniens de la survie du plus fort pour justifier sa fusion. Il y a bien d’autres exemples dans les biographies d’hommes d’affaires connus qui ont accepté l’évolution et qui l’ont appliquée au monde des affaires.

  • Le chauvinisme masculin et l’évolution

    Beaucoup de gens essaient de blâmer le christianisme pour l’attitude chauviniste de bien des hommes dans notre société. Ils disent que la Bible enseigne que les hommes sont supérieurs aux femmes et que la femme n’est pas égale à l’homme. Evidemment, ceci n’est pas vrai. La Bible enseigne que les hommes et les femmes sont égaux mais qu’ils ont des rôles différents à cause de la manière dont Dieu les a créés et à cause de leurs réactions différentes à la tentation du serpent (I Timothée 2:12-14). Dans la revue “New Scientist” (Le Nouveau Scientifique) (Volume 100 Décembre 22-29, 1983 p. 887) Eveleen Richards affirme : “A une époque quand les femmes commençaient à demander le droit de vote, l’accès à une instruction supérieure, et leur entrée dans des professions de la classe moyenne, il était réconfortant de savoir que les femmes ne pouvaient jamais gagner dans la course contre les hommes; le nouveau darwinisme le garantissait scientifiquement.” Plus loin dans cet article, elle poursuit, “ . . . Une reconstruction évolutionniste centrée sur le mâle chasseur, aggressif et territorial relègue la femelle à une domesticité soumise et à la périphérie du processus évolutionniste.” En d’autres termes, certains ont évoqué l’évolution darwinienne pour prouver l’infériorité des femmes. Cependant, il y a des gens dans le mouvement féministe aujourd’hui qui utilisent l’évolution pour tenter de prouver la supériorité des femmes. Il y en a même qui emploient l’évolution pour justifier les droits des enfants. Lorsqu’on y songe, toute théorie qui tente de justifier la suprématie de l’homme ou de la femme ne justifie en fait aucun d’eux.

    Les femmes chrétiennes doivent se rendre compte que le mouvement féministe radical est influencé par une philosophie évolutionniste. Elles ne doivent pas être séduites par un tel mouvement anti-Dieu.

  • On pourrait écrire un livre entier sur la justification de bien des maux que nous voyons de nos jours basée sur l’acceptation de la philosophie évolutionniste. Mais, à ce stade de la discussion, les gens commencent à me demander : “Blâmez-vous donc l’évolution pour tous les maux de notre société?” Je leur réponds, “Oui et non”. Non — parce que ce n’est pas la théorie qui est à blâmer mais le rejet de Dieu comme créateur. Lorsque les gens rejettent le Dieu de la création, avec Ses règles, ils abandonnent une éthique chrétienne et acceptent des points de vue qui s’accordent avec leurs propres opinions. Et pourtant oui — parce que, dans la réalité, beaucoup de gens justifient leur rejet du Dieu de la création par la vue soi-disant “scientifique” de l’évolution. L’évolution est la justification principale de nos jours pour rejeter la croyance de la création divine.

    La gravure qui suit est ma préférée et résume de manière frappante la thèse de ce livre.

    A gauche, nous voyons le fondement de l’évolution. Le château bâti dessus est intitulé “Humanisme”. L’association avec la structure humaniste est le sujet de notre discussion. A droite, nous voyons le fondement de la création et, bâti dessus, le château intitulé “Christianisme”. A mesure qu’une partie de ce fondement commence à s’effriter, la structure commence à s’effondrer. Cependant, sur la structure chrétienne, les canons sont pointés soit les uns vers les autres, soit nulle part, soit sur les sujets de l’humanisme mais aucun ne vise le fondement appelé l’évolution.

    Les chrétiens livrent une guerre mais ils ne savent pas où la livrer, ni comment viser l’ennemi. Voici le vrai problème. Si nous voulons voir s’effondrer la structure de l’humanisme (ce que voudra tout chrétien qui réfléchit), nous devons alors tourner nos canons et viser le fondement de l’évolution. Ce n’est que lorsque ce fondement sera détruit que la structure s’effondrera.

    Vous remarquerez que l’un des canons tire sur les sujets de l’humanisme représentés par les ballons. Voici un autre aspect que les chrétiens doivent considérer attentivement. Beaucoup sont d’accord pour combattre les fléaux tels que l’avortement, l’immoralité, la pornographie, etc. Mais si nous attaquons uniquement au niveau de ces sujets et non pas la motivation qui les rend populaires, nous ne réussirons pas.

    On pourrait déclarer l’avortement comme illégal. Mais c’est la théorie de l’évolution qui a rendu l’avortement acceptable à la société. Donc, il faudrait attaquer et détruire la crédibilité de l’évolution dans les esprits, sinon la génération suivante sera encore plus conditionnée par l’évolution et légalisera l’avortement à nouveau. Si l’église veut réussir à changer les attitudes de la société envers l’avortement, la pornographie et l’homosexualité, elle devra combattre au niveau du fondement de ces questions. Le fondement de l’évolution doit être détruit et le fondement de la création doit être remis à sa juste place.

    Cher lecteur, une guerre fait rage. Nous sommes les soldats du Roi. C’est notre responsabilité d’être sur le terrain pour combattre pour le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Mais employons-nous les armes appropriées? Combattons-nous sur les fronts essentiels? Malheureusement, beaucoup de chrétiens adoptent une stratégie ridicule. Ils ne combattent pas sur le front exposé. Ils ne combattent pas dans le vrai champ de bataille. Ils n’ont aucun espoir de gagner. Quand, les chrétiens du monde entier, se rendront-ils compte que nous avons besoin de pointer nos armes dans une nouvelle direction afin de combattre, de manière active et aggressive, la question de la théorie de l’évolution en restaurant le fondement de la création?

    Dans nos pays occidentaux, la plupart des églises font un compromis avec l’évolution. Beaucoup de facultés bibliques et de séminaires de théologie enseignent que la question création/évolution n’a pas trop d’importance ; vous pouvez croire à la fois à l’évolution et à la Bible parce que vous n’avez aucune obligation de prendre le récit de la Genèse littéralement. Cette position de compromis aide à détruire la structure qu’ils disent vouloir garder dans la société — celle du christianisme. Le dixième chapitre lance un défi à tous ceux qui sont impliqués dans le pastorat ou dans l’enseignement de nos églises : prenons position pour le Dieu de la création et opposons-nous aux philosophies anti-Dieu qui détruisent nos nations.

    L’évolution : Le Mensonge

    Help Translate

    Please help us provide more material in French.

    Help Translate

    Visit our English website.